Parler à ses enfants durant la COVID-19

Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour parler régulièrement et ouvertement avec vos enfants de la consommation de substances.

Nous vivons tous une période difficile.

Les parents ressentent une certaine pression; les jeunes enfants sont stressés de devoir s’occuper par eux-mêmes, leurs parents étant en mode télétravail; les ados s’ennuient de ne pouvoir socialiser avec leurs amis; et, plusieurs élèves du secondaire ou du CEGEP font face à l’incertitude en ce qui a trait à leurs aspirations académiques ou leurs plans de carrière.

Il est important que tous les membres de la famille puissent exprimer librement leurs sentiments, leurs émotions et poser les questions qu’ils ont en tête avec quelqu’un en qui ils ont confiance. En bout de ligne, les parents veulent aider leurs enfants et les encourager à adopter des méthodes saines d’adaptation à la situation en cette période difficile.

  • Soyez réceptifs à entendre vos jeunes avec compassion quand ils expriment leurs frustrations, leurs déceptions, leur ennui, leur anxiété et leur stress.
  • Gardez les voies de communication ouvertes mais respectez leur besoin d’intimité et de moments de solitude.
  • Tentez d’avoir une forme de structure et d’horaire quotidien.
  • Mangez vos repas avec vos jeunes le plus souvent possible – cela permet de mieux cerner leur état mental et physique; partagez des expériences, des inquiétudes; racontez-vous des histoires et pourquoi pas, se laisser aller à quelques fous rires pour détendre l’atmosphère.
  • Assurez-vous qu’il n’y ait le moins d’interruption possible durant les repas et autres activités familiales (appels, textos et autres).
  • Démontrez de l’intérêt envers les passions et les aspirations de vos enfants et prenez aussi leurs inquiétudes au sérieux.1

Alors que nous tentons tous de nous adapter à cette réalité, il est important de garder en tête le rôle positif que nous pouvons avoir pour protéger nos jeunes de l’usage de substances comme moyen de faire face au stress.

Le contexte actuel peut nous inciter à consommer d’avantage. Ce serait sage d’examiner vos propres habitudes et le cas échéant, adopter une approche plus saine à votre consommation de substances. Il est aussi important d’avoir des conversations sincères et réfléchies avec vos jeunes sur les effets négatifs de l’usage excessif de substances sur la santé physique et mentale.

Il est important de préserver cette zone «de tendresse et d’amour» de votre noyau familial même si les conversations s’enflamment et que le ton monte. Gardez en tête que tout le monde ressent de la tension ces jours-ci et que l’honnêteté, la compassion et l’ouverture d’esprit apaiseront vos enfants et aideront à ce qu’ils se sentent en sécurité.

Répondez à leurs questions sur la situation actuelle. Il n’est pas nécessaire d’aller dans les moindres détails quant au virus mais essayez plutôt d’évaluer l’information qui peut être appropriée selon l’âge et le développement émotionnel de chacun de vos enfants.

Soyez honnête – partagez vos propres inquiétudes et laissez savoir à vos enfants que vous êtes tous dans le même bain car personne de la famille n’a jamais vécu une telle expérience.

Il y a de l’espoir et dites-le à vos jeunes.  Passez au travers les divers mesures de distanciation physique et autres recommandations émises par les professionnels de la santé. Dites-leur que vous allez tous y arriver ensemble et en sortir indemnes si vous suivez les règles.

Limitez l’exposition médiatique. Selon l’âge de vos enfants, il est peut-être préférable de les tenir à l’abri de la profusion d’informations déployées heure après heure par les médias. La plupart des enfants n’ont pas besoin de savoir le nombre de cas et de décès quotidiens durant cette pandémie. S’ils sont plus âgés, cela peut aider de mettre l’accent sur le nombre de guérisons chaque jour.

Créez des mécanismes d’adaptation. Faites ensemble un remue-méninge sur des méthodes appropriées pour gérer le stress, l’anxiété et la dépression. Encouragez-les à poursuivre les activités qui leur font du bien. Rappelez à vos enfants plus âgés qu’avoir recours à l’alcool et aux autres drogues n’est pas une façon saine de gérer leur stress et, que l’usage de substances peut affecter leur système immunitaire et leur santé en général. Trouvez ici des suggestions sur comment vous pouvez les aider à trouver des façons saines de gérer leur stress.

Gardez le cap en privilégiant le temps en famille – participez à des jeux, organisez des projets de création, utilisez les outils technologiques numériques de communication, etc. Consultez une liste de suggestions et d’activités saines pour faire face au stress que vous pourrez faire avec votre famille. Visitez notre page - Activités pour les familles

Pour conclure, tout au long de cette démarche et des diverses conversations que vous aurez, n’oubliez pas de tenir compte de l’âge de chacun de vos enfants afin d’adapter vos conversations et vos suggestions en conséquence. Exprimez clairement à vos jeunes votre point de vue quant à l’usage de substances et vos inquiétudes face à eux à ce sujet.

 

  1. Linda Richter, PhD., Directrice de la recherche en prévention et analyse, PDFK (EU)