Consommation de substances et la COVID-19

Au cours de cette période difficile, les gens peuvent recourir aux substances pour faire face à la situation

La pandémie de la COVID 19 a des effets de ricochet importants qui peuvent contribuer à accroître les niveaux de stress et d’angoisse que plusieurs d’entre nous pourraient ressentir.

Nous sommes inquiets à l’idée de voir nos proches atteints par le virus; plusieurs parmi nous vivent de l’insécurité à l’égard du travail; nous sommes isolés de notre famille et de nos amis; nous devons respecter des consignes de distanciation sociale; nos enfants sont isolés de leurs amis et ne vont pas à l’école – et, qui plus est, la sortie de crise n’est pas pour demain.

Au cours de cette période difficile, les gens peuvent recourir à l’alcool, au cannabis, au tabac ou au vapotage pour faire face à la situation.

Il est important que les parents soient conscients qu’ils ont peut-être augmenté leur propre consommation de substances pour palier au stress et, conséquemment, leurs jeunes pourraient croire que l’usage de substances les aiderait à faire face à leurs propres émotions négatives.

La consommation de substances comme l’alcool, le cannabis ou le vapotage peut avoir des conséquences graves sur l’ensemble de la santé mentale et physique et ce, particulièrement dans le contexte de la pandémie de la COVID 19.

Vapotage et tabagisme

« La COVID-19 risque moins de provoquer de graves symptômes chez les jeunes que chez les adultes, mais si elle est combinée à l’utilisation de substances contenues dans les produits du vapotage ou du tabac ou dans le cannabis, elle peut représenter un grave danger pour la santé. » Docteurs Nicholas Chadi et Richard Bélanger.

La Société canadienne de pédiatrie partage ces messages importants pour les parents:

  • Le vapotage et le tabagisme (cigarette ou cannabis) affaiblissent les modes de défense habituels des poumons et nuisent à la santé cardiovasculaire.
  • D’après des observations chez les adultes, le vapotage et le tabagisme (cigarette ou cannabis) pourraient accroître chez les jeunes le risque d’une infection plus sévère par le coronavirus.
  • Les jeunes fumeurs ou vapoteurs peuvent être plus vulnérables aux complications du coronavirus, comme la pneumonie ou la détresse respiratoire aiguë, ce qui peut nécessiter l’hospitalisation et/ou le traitement aux soins intensifs. »

De plus, étant donné le côté social du vapotage et du tabagisme, le risque d’infection par la COVID-19 augmente, de sorte que les « regroupements » pour fumer ou vapoter devraient être évités à tout prix, en toutes circonstances.

En savoir plus sur les jeunes et le vapotage ici.

Alcool et consommation de cannabis

Les données statistiques indiquent que les Canadiens affirment boire plus d’alcool. Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) a commandé un sondage pour savoir si les mesures mises en place en raison de la COVID-19 influaient sur la quantité d’alcool consommée par les Canadiens. Les résultats sont éloquents :

  • 21 % des Canadiens de 18 à 34 ans disent que leur consommation d’alcool aaugmenté;
  • 25 % des Canadiens âgés de 35 à 54 ans boivent plus d’alcool depuis qu’ils passent plus de temps à la maison;
  • seuls 10 % des adultes âgés de plus de 54 ans affirment qu’ils boivent davantage d’alcool depuis qu’ils pratiquent la distanciation sociale et l’auto-isolement.

Selon les Canadiens, les principaux facteurs à l’origine de cette consommation accrue sont un horaire modifié (51 %), l’ennui (49 %) et le stress (44 %). (source CCDUS)

La fumée du cannabis contient des substances toxiques et cancérigènes  et des irritants qui sont connus pour leurs effets négatifs sur la santé pulmonaire; par conséquent, fumer régulièrement du cannabis peut provoquer une toux, une respiration sifflante et une oppression  thoracique. Fumer du cannabis peut également affaiblir le système  immunitaire, ce qui peut rendre une personne plus vulnérable aux  infections.

Fumer ou vapoter du cannabis peut aggraver les symptômes respiratoires  de la Covid-19 et ne préviendra pas, n'atténuera pas ou ne traitera pas les symptômes de la maladie.

Source : COVID-19 et fumer ou vapoter du cannnabis : quatre choses à  savoir. CCDUS 2020

Le document intitulé COVID-19, usage d’alcool et de cannabis (infographie) présente les risques que pose une plus grande consommation d’alcool et de cannabis pendant la pandémie de COVID-19 et aborde notamment ses effets sur le système immunitaire et la vulnérabilité accrue à la COVID-19.

Il importe donc de réduire les méfaits potentiels associés à une consommation accrue d’alcool et de cannabis. 

Trouver des façons saines de gérer votre anxiété et votre stress et ainsi influencer positivement vos jeunes s’avère crucial présentement. Nous avons préparé quelques suggestions pour vous aider à gérer votre stress ainsi que les membres de votre famille à faire face à la situation.

Voici des ressources JSD pour vous fournir plus d'informations sur les jeunes et l'usage des substances.

Les jeunes et l'alcool 

Parlons cannabis 

Voici quelques ressources supplémentaires :

Assurez-vous de mettre l’alcool, le cannabis et tout produit de vapotage hors de la portée des enfants en tout temps.

En savoir plus sur les jeunes et l'alcool ici.

En savoir plus sur les jeunes et le cannabis ici.

 

Les médicaments d’ordonnance

 Un étudiant du secondaire sur 10 en Ontario avouait l’an dernier se servir de médicaments d’ordonnance comme des opioïdes antidouleurs à des fins non médicales.  La résidence familiale est l’endroit où le plus souvent des jeunes trouvent ces médicaments d’ordonnance. Dans 48% des maisons, les médicaments ne sont pas sécurisés. (Étude 2017 des comportements de JSD). Les enfants ne comprennent pas les risques reliés à l’usage de médicaments d’ordonnance à des fins non médicales. Il est important que vous ayez des conversations appropriées selon l’âge avec vos jeunes.

Sécurisez vos médicaments.  Nous encourageons les parents de toujours placer leurs médicaments d’ordonnance dans un endroit hors de la portée des enfants.

Durant cette pandémie de la COVID-19, il est difficile de rapporter vos médicaments à la pharmacie. Regroupez tous vous médicaments inutilisés ou périmés et placez-les dans un endroit sécure (surtout ne pas les jeter dans la cuvette) ; ainsi vous pourrez les rapporter à la pharmacie en temps et lieu.

Les drogues de rue

Nous connaissons déjà les effets néfastes des drogues de rue dont la composition peut inclure du fentanyl ou d’autres additifs mais dans le contexte de la COVID 19, il est important de se rappeler que le fentanyl et d’autres opioïdes peuvent ralentir votre respiration, de sorte que la COVID-19 peut accroître le risque de décès par surdose si vous consommez des opioïdes.1

Si votre enfant fait un usage problématique d’opioïdes, il est important qu’il continue de suivre tout protocole de réduction des méfaits et qu’il poursuive son traitement et ce, dans la mesure du possible. Ayez toujours de la naloxone à portée de la main et assurez-vous de bien connaître les signes d’une surdose d’opioïdes. Notre brochure intitulée Parlons opioïdes vous renseignera sur les moyens à prendre pour prévenir une surdose.

Il est important pour tout le monde de communiquer avec les autres pendant une période de crise. Nous devons reconnaître qu’en plus de l’impact réel de la COVID-19 dans nos familles, parmi nos amis et dans nos collectivités, cette pandémie peut avoir des effets dévastateurs sur notre santé mentale. Les choix que nous effectuons maintenant, pour nous-mêmes et nos enfants, pourraient, à la limite, affecter notre avenir.

Les conseils et le soutien que vous donnez à vos enfants n’ont jamais été si importants.

N’hésitez pas, vous êtes à la hauteur!

 

1.CDC (Centers for Disease Control and Prevention - É.-U.), People Who Use Substances, 2020