Aider l’enfant d’un autre

Vous croyez qu’un adolescent que vous connaissez consomme?

Pourquoi m’en préoccuper?

Que devrais-je faire?

Devrais-je parler aux parents?

La situation n’est pas nouvelle : vous êtes un mentor bénévole, et un de vos étudiants vous confie avoir « expérimenté » la marijuana. Que faire? Autre situation : vous êtes l’entraîneur d’une équipe de jeunes joueurs de hockey ou de soccer, et un des membres de l’équipe vous dit qu’un coéquipier boit beaucoup d’alcool, fume de la marijuana, ou s’adonne aux deux activités. Hormis quelques absences non motivées et son attitude qui s’est récemment détériorée, vous n’avez observé aucun autre signal.

Comment gérer ces situations?

Les histoires diffèrent selon qu’elles découlent d’une activité parascolaire ou d’un événement parrainé par une communauté religieuse, mais certains éléments demeurent les mêmes : vous découvrez qu’un adolescent qui n’est pas le vôtre consomme des drogues ou de l’alcool.

Drugs in Pocket

Vous n’avez que très peu d’autorité directe sur ces enfants, voire pas du tout; vous n’êtes qu’un bénévole qui donne un coup de main. Vous n’en connaissez que bien peu sur la consommation de drogues ou d’alcool. Vous n’êtes pas un de leurs parents. Vous n’êtes pas membres de leurs familles. Vous n’êtes probablement même pas un de leurs professeurs. Vous vouliez simplement témoigner votre reconnaissance envers votre collectivité; vous n’étiez pas préparé à ça.

Une chose est certaine : vous ne devez pas fermer les yeux.

L’influence d’un modèle autre qu’un parent ne doit pas être sous-estimée. Vous pouvez influer de façon très positive sur la vie des enfants, particulièrement ceux dont les parents consomment drogues et alcool.