Effets et risques de la meth

Effets et risques de la meth

Si vous croyez qu’un adolescent que vous connaissez consomme de la méthamphétamine ou est mis en contact avec cette substance,  prenez votre courage à deux mains et parlez-lui. Abordez avec lui les risques et les effets de cette substance. Même si une personne n’est pas dépendante, déjà l’expérimentation à cette substance représente un très énorme risque.

Risques d’ordre neurologique

La méthamphétamine libère de fortes doses d‘un neurotransmetteur, la dopamine, qui stimule les cellules du cerveau et amplifie l’humeur et l’expression corporelle. Elle semble également produire des effets neurotoxiques : elle endommage les cellules du cerveau contenant de la dopamine et de la sérotonine, un autre neurotransmetteur. Au fil du temps, la méthamphétamine semble réduire le niveau de dopamine, ce qui peut causer des symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson, un grave trouble du mouvement.

Dépendance

On consomme la méthamphétamine par voie orale ou intranasale (en inhalant la poudre), par injection intraveineuse ou en la fumant. Dès qu’une personne fume ou s’injecte de la méthamphétamine, elle ressent une sensation intense appelée « rush » ou « flash » qui ne dure que quelques minutes et qu’on dit extrêmement agréable. La consommation orale ou intranasale produit une sensation d’euphorie, mais pas de « rush ». Les consommateurs peuvent devenir dépendants rapidement et en prendre de plus en plus fréquemment en doses de plus en plus grandes.

Effets à court terme

La méthamphétamine, même en petite dose, produits des effets sur le système nerveux central comme un état de veille, un niveau accru d’activité physique, une perte d’appétit, un rythme respiratoire accru, de l’hyperthermie, de l’euphorie, de l’irritabilité, de l’insomnie, de la confusion, des tremblements, des convulsions, de l’anxiété, de la paranoïa et de l’agressivité. L’hyperthermie et les convulsions peuvent entraîner la mort.

Effets à long terme

La méthamphétamine augmente le rythme cardiaque et la tension artérielle et peut causer des dommages irréversibles aux vaisseaux sanguins du cerveau, ce qui peut se traduire par un accident vasculaire cérébral. La méthamphétamine peut aussi entraîner des problèmes respiratoires et une anorexie extrême en plus de dérégler le rythme cardiaque. Sa consommation peut causer un collapsus cardio-vasculaire et la mort.

Le sevrage se caractérise par des symptômes comme l’excès de sommeil, des troubles de l’alimentation et des symptômes semblables à la dépression qui s’accompagnent souvent d’anxiété et d’un état de manque.

On parle souvent de la méthamphétamine dans les médias en raison du caractère spectaculaire de ses effets et de ses conséquences.

Comme la méthamphétamine peut très aisément être fabriquée, et ce avec des ingrédients courants et de simples appareils ou outils domestiques, elle devient accessible en très grande quantité, et à peu de frais. Toutefois, les produits chimiques servant à sa production peuvent être toxiques et inflammables. Souvent, des laboratoires clandestins de meth explosent et causent des incendies qui mettent en péril les collectivités. De tels laboratoires semblent s’insurger dans des collectivités rurales ou de plus faible densité. La distribution et la consommation de méthamphétamine peuvent avoir des répercussions dévastatrices pour leurs populations.