Vaping

Les jeunes et le vapotage

Une tendance de plus en plus populaire

La popularité du vapotage parmi les jeunes a connu une croissance marquée au cours des cinq dernières années, ce qui a pour effet d’engendrer un malaise généralisé quant à savoir quel est l’impact négatif d’un tel phénomène sur la santé générale de nos jeunes.

Une étude récente dirigée par le professeur David Hammond de l’Université de Waterloo a démontré que, parmi les jeunes âgés de 16 à 19 ans, le vapotage a connu une hausse substantielle de 74 % entre 2017 et 2018 ce qui se traduit
par un pourcentage d’usagers passant de 8,4 % à 14,6 %.

L’étude démontrait aussi que le tabagisme parmi les jeunes âgés de 16 à 19 ans avait aussi augmenté de 45 % durant la même période. Ces données en ont pris plusieurs par surprise car, avant l’arrivée de cette tendance au vapotage, nous avions réussi à réduire, de manière importante, le tabagisme chez les jeunes.

Toutefois, les cigarettes électroniques et autres dispositifs de vapotage ne sont pas jugés sécuritaires pour les jeunes, les jeunes adultes, les femmes enceintes et tout autre adulte qui n’est pas déjà un usager du tabac.

Quel est l’intérêt?

Malgré le fait qu’à l’origine les dispositifs de vapotage ont été conçus comme un moyen d’arrêter de fumer et de se débarrasser de l’accoutumance à la nicotine, la promotion du vapotage comme une façon plus « saine » et « moderne » de fumer peut avoir joué un rôle dans l’intérêt des jeunes et des jeunes adultes à cet égard.

Certaines des plus importantes entreprises de produits de vapotage ont créé des campagnes de mise en marché intensives et ont présenté leurs produits dans des emballages au design novateur qui, sans cibler spécifiquement les jeunes, ont su capter leur intérêt.

Comprendre les enjeux reliés au vapotage et ses effets potentiels sur la santé est important pour nous tous à titre de parents, le vapotage étant en constante évolution avec une brochette de nouveaux produits qui font leur apparition sur le marché, alors que de nouvelles études sont publiées chaque semaine et apportent un éclairage nouveau sur le sujet.

Par exemple, le Journal de l'Association médicale canadienne a publié un article (en anglais) le 21 novembre 2019 dans lequel il est fait mention d'un cas de bronchiolite mettant la vie en danger, lié à la consommation de cigarettes électroniques par un adolescent canadien. Les auteurs ont conclu leur article en appelant à des changements dans la réglementation des cigarettes électroniques et en exhortant les gens à se renseigner sur les risques.

Le vapotage se produit par l’inhalation d’aérosol ou de vapeur provenant soit d’une cigarette électronique ou d’un dispositif similaire. Même si ce qui s’en dégage peut ressembler à de la fumée, en réalité il s’agit d’une vapeur créée par la combustion d’une huile ou d’un liquide.

Les « e-liquides » des produits de vapotage sont composés, le plus souvent, de propylène glycol ou d’un liquide à base de glycérine végétale comprenant des arômes de nature chimique. Les « e-liquides » peuvent aussi contenir de la nicotine et des concentrés de cannabis comme les huiles de cannabis.

Pourquoi s’inquiéter?

À l’origine, le vapotage devait être une solution de remplacement pour les adultes qui voulaient arrêter de fumer et ne plus inhaler les produits chimiques nocifs des cigarettes. Certains jeunes peuvent essayer le vapotage dans cette optique, d’autant plus que le produit est présenté aux adultes comme un moyen de cesser de fumer, mais cette méthode n’est pas jugée sécuritaire pour les adolescents et les jeunes adultes.

Depuis le mois de mai 2018, l’incorporation de nicotine à certains produits de vapotage est légalement permise, mais la teneur de celle-ci peut varier énormément.

Certains liquides en contiennent des niveaux plus faibles, tandis que d’autres comportent plus de nicotine qu’une cigarette ordinaire.

L’exposition à la nicotine chez les adolescents et les jeunes adultes est inquiétante, étant donné qu’il s’agit d’une substance extrêmement accoutumante.

L’exposition à la nicotine pendant l’adolescence peut affecter la mémoire, la concentration, le contrôle des impulsions, et entraîner aussi des problèmes cognitifs et comportementaux. Le vapotage peut prédisposer les jeunes à une accoutumance à la nicotine et, éventuellement, à d’autres drogues.

Même si un produit de vapotage ne contient pas de nicotine, il y a toujours un risque d’exposition à d’autres produits chimiques nocifs.

En janvier 2018, l’organisme américain National Academies of Science, Engineering and Medicine a publié un rapport de recherche consensuel portant sur plus de 800 études.

 Le rapport démontrait clairement, preuves à l’appui, que l’usage de cigarettes électroniques entraîne des risques pour la santé. Le rapport concluait aussi que les cigarettes électroniques contiennent et émettent des substances potentiellement toxiques.

 Les effets à long terme du vapotage sont encore inconnus; toutefois, plusieurs effets à court terme comprennent la toux, l’essoufflement et l’aggravation de symptômes d’asthme.

En fin de de compte, retenons que l’inhalation de produits chimiques dangereux peut causer des dommages irréversibles et des maladies pulmonaires. 

Vapotage et cannabis

Les produits du cannabis qui contiennent une teneur élevée de THC (l’élément psychoactif du cannabis qui crée l’euphorie ou le « buzz »), tels que l’huile de haschich peuvent être vapotés dans des cigarettes électroniques. Le cannabis séché peut aussi être vapoté dans les cartouches des cigarettes électroniques. Ces éléments sont plus discrets et moins repérables lorsque les jeunes consomment des huiles et des concentrés de cannabis en utilisant un vapoteur plutôt que de fumer du cannabis séché sous forme de joint ou dans une pipe, étant donné qu’ils ne dégagent pas une odeur caractéristique.

Il est important de noter que les produits du cannabis tels que les huiles et les concentrés servant dans des dispositifs de vapotage sont en vente légalement seulement chez des détaillants autorisés.

Certains rapports préoccupants sur le vapotage de produits à base de cannabis aux États-Unis et au Canada. Voir notre page sur le cannabis.

Signes de vapotage potentiel chez votre ado:

Le vapotage n’est pas toujours facile à détecter. Contrairement au tabac, il ne génère pas d’odeur persistante et certains accessoires de vapotage sont tellement petits qu’on peut facilement les camoufler dans une poche ou dans le capuchon d’un chandail kangourou.

Vous pourriez noter :

• la présence d’accessoires de vapotage tels que des pipes, des clés USB, des cigarettes munies d’embouchures ou de réservoirs (cartouches), des liquides de vapotage, de même que tout ce qui, à première vue, pourrait être inhalé;

• des achats en ligne inhabituels effectués avec une carte de crédit ou l’arrivée de colis inattendus à la maison;

• des odeurs mystérieuses de gomme à mâcher, de chocolat, de tarte au citron, etc.;

• une augmentation de l’appétit et de la soif, des yeux rougis et des saignements de nez;

• des textos jargonneux de votre ado portant sur le vapotage et utilisant des termes tels que « jus », « spray », « sauce »;

• la présence de cannabis séché ou d’huile(s) de cannabis.

Parler du vapotage avec votre ado

Comme pour le tabac, il s’avère très important d’avoir des conversations au sujet du vapotage avec vos ados, et le plus tôt sera le mieux. Vous êtes dans une situation idéale pour aider votre ado à comprendre les conséquences du vapotage sur la santé et, par une écoute active de ce que votre ado vous dit, vous pouvez contribuer à maintenir le dialogue à cet effet.

Pour plus d'informations sur le vapotage et quelques suggestions pour entamer une conversation sur le vapotage: 

Téléchargez la brochure Les jeune et le vapotage