Parlez de la cocaïne et du crack avec vos enfants

Parlez de la cocaïne et du crack avec vos enfants

Avoir régulièrement des discussions sincères et ouvertes sur la consommation de substances, y compris les drogues illicites comme la cocaïne et le crack, est essentiel et primordial pour protéger la santé de votre jeune et assurer sa sécurité. Voici quelques conseils qui vous aideront à surmonter certaines barrières à la communication et à favoriser votre compréhension mutuelle.  En bout de ligne, la conversation n’en sera que plus fructueuse et permettra un rapprochement avec votre jeune.

Quelques suggestions pour vous aider à aborder le sujet avec votre enfant

Découvrez ce que votre enfant connaît (ou pense connaître) de la cocaïne et du crack. Posez-lui des questions comme :

  • Qu’est-ce que tu as entendu dire à propos de cocaïne?
  • Que sais-tu de cocaïne et de son capacité à créer une forte dépendance par rapport à d’autres substances?
  • D’où vient cette information?
  • Est-ce qu’il y a des personnes à ton école qui consomment ou vendent de cocaïne?
  • Tes amis le font-ils?
  • Est-ce que tu t’es déjà fait offrir de cocaïne? Si oui, qu’est-ce que tu as dit? Si non, qu’est-ce que tu dirais?
  • Quels sont les signes d’une surdose? Que ferais-tu si tu étais témoin d’une surdose?

Posez des questions ouvertes comme : « Selon toi, qu’est-ce qui pousse les jeunes à consommer de la cocaïne et du crack » ou « qu’est-ce qui peut causer une surdose? »

Faites preuve d’écoute active. Écoutez avec intérêt ce que votre adolescent ou jeune adulte pense de la consommation de substances comme la cocaïne et le crack.

Revenez sur les propos de votre jeune pour qu’il sache que vous l’écoutez. Ce qui ne veut pas nécessairement dire que vous êtes d’accord avec lui, mais plutôt que vous comprenez ce qu’il tente de communiquer.

Choisissez le bon moment et le bon endroit. Trouvez des moments opportuns lorsque vous et votre enfant êtes plus réceptifs à discuter. Même s’il peut être tentant d’amorcer une discussion au moment du départ pour l’école ou le travail, ce n’est vraiment pas le moment idéal. Certains parents vont privilégier des moments plus propices du quotidien soit lors d’une promenade avec le chien, sur le chemin de la pratique de soccer ou en accomplissant une tâche autour de la maison.

Discutez des effets à court et à long terme que la consommation de stimulants comme la cocaïne et le crack peut avoir sur leur santé mentale et physique, les risques encourus et la capacité à prendre les bonnes décisions.

Assurez-vous de communiquer clairement que, de nos jours, il est extrêmement dangereux de consommer quelconque drogue de rue illicite.  Expliquez comment les drogues de rue sont plus que jamais dangereuses puisque le fentanyl et ses analogues contaminent une vaste panoplie de drogues que l’on retrouve sur le marché incluant la cocaïne, le crack, l’héroïne, les méthamphétamines et les opioïdes d’ordonnance falsifiés.  Quiconque consomme des drogues illicites achetées sur la rue, même pour une première fois, s’expose à d’énormes risques incluant à une surdose accidentelle. 

Parlez des projets d’avenir de votre enfant. Demandez-lui ce qui pourrait se passer s’il décidait d’essayer de consommer de la cocaïne ou du crack. Cette question amènera votre enfant à réfléchir à son avenir et à ses limites par rapport à la consommation de substances.

Démontrez de l’empathie et manifestez votre soutien. N’hésitez pas à exprimer à votre jeune que vous comprenez que l’adolescence peut être une période difficile. Dites-lui que la plupart des gens vont vivre un jour ou l’autre des moments plus pénibles, mais que les substances ne sont pas la solution au problème, et ce, même si cela peut sembler normal et sans risque. Rappelez-leur que vous avez à cœur qu’ils fassent des choix judicieux autant pour leur santé que pour leur avenir et que vous serez toujours là pour leur offrir des conseils et du soutien.

Votre don nous aide à faire une différence dans la vie des familles canadiennes. Faites un don aujourd’hui-même.