Effets et risques de la cocaïne et du crack

Effets et risques de la cocaïne et du crack

Une surdose de cocaïne peut être mortelle. Le décès peut se produire en raison d’une arythmie cardiaque, d’un accident vasculaire cérébral, d’une crise d’épilepsie ou d’un arrêt respiratoire. Aucun antidote connu ne peut neutraliser les effets de la drogue. Si vous croyez être témoin d’une surdose, faites appel aux services d’urgence sans tarder.

Effets à long terme et risques sur la santé

La consommation de grandes quantités de cocaïne pendant longtemps peut produire bon nombre d’effets indésirables. Les cocaïnomanes peuvent souffrir de dépression, éprouver des changements d’humeur ou devenir agités et nerveux. Leur comportement peut être imprévisible, bizarre ou violent.

Certains peuvent devenir psychotiques et manifester les symptômes suivants :

  • paranoïa;
  • hallucinations;
  • délire.

Ceux qui consomment de la cocaïne depuis une longue période peuvent souffrir de troubles du sommeil et passer d’une faim extrême à une perte d’intérêt envers la nourriture. Ils peuvent aussi souffrir d’impuissance (dysfonction sexuelle) et d’autres complications d’ordre médical comme l’augmentation de la tension artérielle et l’arythmie cardiaque.

Les consommateurs réguliers de cocaïne souffrent souvent de problèmes sociaux. L’achat, la préparation et la consommation de drogue les préoccupent, ce qui peut nuire à leur rendement scolaire et professionnel.

Les décès liés à la cocaïne sont souvent le résultat d’un arrêt cardiaque ou d’une crise d’épilepsie suivie d’un arrêt respiratoire.

D’autres complications médicales sont :

  • Augmentation de la tension artérielle
  • Arythmie cardiaque
  • Fumer du crack peut entraîner des douleurs à la poitrine et des difficultés respiratoires – le « poumon du crack ».
  • Le partage d’accessoires comme aiguilles, cuillères, pipes, pailles peuvent exposer au risque de contracter ou transmettre des virus comme celui du HIV,  l’hépatite B et l’hépatite C.
  •  L’inhalation régulière peut provoquer une ulcération de la membrane muqueuse du nez et endommager suffisamment la cloison nasale pour provoquer son affaissement.

Les risques de la consommation avec d’autres substances

La consommation de cocaïne avec d’autres substances, en particulier des opioïdes comme le fentanyl, en même temps ou consécutivement, est associée à un risque accru de surdose. Une disponibilité accrue de la cocaïne sur le marché des drogues illicites et l’usage concomitant de cocaïne et d’opioïdes contribuent à une hausse du taux de décès liés à la cocaïne au Canada.1

Lorsque les gens mélangent cocaïne et alcool, ils aggravent les risques que pose chacune des drogues et créent, à leur insu, une interaction chimique complexe à l’intérieur de leurs corps. Des chercheurs ont découvert qu’à partir de la cocaïne et de l’alcool, le foie humain fabrique une troisième substance, le cocaéthylène, qui intensifie l’effet d’euphorie que cause la cocaïne et accroît possiblement le risque de décès hâtif.

La cocaïne crée-t-elle une dépendance?

Oui, la cocaïne crée une dépendance. Sa consommation régulière peut entraîner une tolérance à ses effets. Les cocaïnomanes peuvent aussi acquérir une dépendance psychologique qui se caractérise par un état de manque intense même lorsque le cocaïnomane est conscient de ses graves conséquences.

Sevrage de la cocaïne les utilisateurs réguliers de cocaïne qui arrêtent de consommer celle-ci peuvent souffrir des symptômes de sevrage suivants :

  • épuisement;
  • sommeil prolongé et agité;
  • faim;
  • irritabilité;
  • pensées suicidaires;
  • état de manque intense.

Certains individus en sevrage courent le risque de souffrir de symptômes de dépression aigüe, dont des pensées suicidaires, qui peuvent entraîner des rechutes pour chasser des idées et des sentiments négatifs envahissants.

La cocaïne et le crack peuvent-ils nuire aux fœtus et aux nouveau-nés?

La consommation de cocaïne au cours de la grossesse peut accroître les risques de fausse couche et d’accouchement prématuré. Le poids des nouveau-nés peut être inférieur à la moyenne. Les bébés nés de parents utilisateurs de cocaïne peuvent :

  • être irritables;
  • être difficiles à nourrir;
  • ne pas bien dormir plusieurs semaines après leur naissance.
Bibliographie
  1. CCDUS – Sommaire canadien sur la drogue – cocaïne
Votre don nous aide à faire une différence dans la vie des familles canadiennes. Faites un don aujourd’hui-même.