Cocaïne et Crack

Cocaïne et Crack

AUSSI CONNU COMME : Angie, blow, C, Charlie, coca, coco, coke, crack, dust, flake, freebase, hard, Henry, neige, nose candy, poudre, roche, rock, snow, stardust.

Que sont la cocaïne et le crack?

La cocaïne est un stimulant puissant, fabriqué à partir des feuilles de la plante de coca. Le produit chimique purifié, le chlorhydrate de cocaïne, a été isolé de la plante il y a plus de 100 ans. Avant le développement de l’anesthésie locale synthétique, les chirurgiens utilisaient la cocaïne pour bloquer la douleur. 1 On considérait que c’était sécuritaire et on s’en servait dans des gouttes pour soulager le mal de dents, des pilules pour la nausée, des toniques énergisants, et, ne l‘oublions pas, dans la version originale du Coca-Cola. 2 Cependant, les recherches ont démontré que la cocaïne est une substance très addictive qui peut altérer la structure du cerveau et ses fonctions, si elle est consommée à répétition. 3

Les deux principales variétés disponibles prennent la forme d’une poudre blanche soluble dans l’eau et souvent mélangée à d’autres substances comme du bicarbonate de soude dissous dans de l’eau et souvent mélangée à d’autres substances comme la fécule de maïs qui peut être soit reniflée, soit injectée; l’autre variante prend la forme de cristaux opaques insolubles connus sous le nom de « crack ». 4

En 2019, la cocaïne était la drogue illégale la plus couramment consommée et elle représentait environ la moitié (49 %) de la consommation des drogues illégales.5

Le crack et la cocaïne « freebase » sont des formes de cocaïne qui se fument et qui ressemblent à des cristaux ou des cailloux qui peuvent être fumés ou dissous puis injectés. Ces formes plus économiques de cocaïne sont fabriquées en mélangeant, grâce à des procédés chimiques, de la poudre de cocaïne avec du bicarbonate de soude ou de l’ammoniaque.  Le crack a pris de l’importance, d’autant plus qu’il s’agit d’une substance aussi puissante que la freebase et qu’elle est moins dangereuse à produire. Les termes « à base libre » ou « crack fumable » sont fréquemment utilisés de manière interchangeable.

Les individus qui ont essayé la cocaïne ont décrit l’expérience comme étant un état d’euphorie extrême, accompagné d’une sensation de puissance (communément appelée « high »). Cependant, lorsqu’une personne commence à prendre de la cocaïne, il ou elle ne peut pas prévoir ou contrôler l’intensité et la durée de sa consommation.

À quoi la cocaïne et le crack ressemblent-ils et comment sont-ils consommés?

Les principales méthodes de consommation de la cocaïne consistent à la renifler ou à l’inhaler ainsi qu’à la fumer (y compris la freebase et le crack). Ces différentes méthodes d’absorption comportent toutes des risques pour la santé.

On peut facilement repérer un cocaïnomane « renifleur » par son nez rougeâtre, crevassé et coulant. Une personne peut perdre le sens de l’odorat et souffrir d’infections des sinus. Les cloisons nasales qui séparent les narines peuvent être trouées et saigner souvent.

Fumer de la cocaïne permet à des doses très élevées d’atteindre le cerveau très rapidement et il en découle une sensation très intense et rapide d’euphorie (« high »). Il semble que la dépendance à la cocaïne peut augmenter encore plus rapidement lorsqu’elle est fumée au lieu d’être inhalée.

En partageant les pipes à crack, les consommateurs s’exposent à la transmission de maladies comme l’hépatite C par la salive ou le sang, et l’injection de cocaïne expose l’usager à des risques de contraction ou de transmission du virus du VIH si les aiguilles ou tout autre accessoire d’injection sont partagés.

Signes et symptômes de consommation de cocaïne et de crack

Un consommateur de cocaïne peut être agité et se sentir nerveux. La cocaïne peut aussi produire chez le consommateur un état d’euphorie qui le fait sentir éveillé, plein d’énergie et loquace. Les sens de la vue, de l’ouïe et du toucher s’aiguisent, et on peut se sentir calme et en maîtrise de la situation. Cependant, ces effets ne durent pas longtemps. Lorsque l’état d’euphorie s’estompe, la personne peut devenir anxieuse et dépressive et ressentir un état de manque intense. Certaines personnes prolongent l’état d’euphorie en continuant de prendre de la drogue des heures ou des jours durant.

À court terme, la consommation de cocaïne peut produire bon nombre d’autres effets :

  • fatigue mentale et physique retardée;
  • perte d’appétit;
  • augmentation de la tension artérielle et du rythme cardiaque;
  • réflexes exagérés;
  • respiration accélérée;
  • pupilles dilatées;
  • assèchement de la bouche;
  • anxiété;
  • pensées paranoïdes.

De plus, la personne peut aussi souffrir des symptômes suivants :

  • agitation sévère;
  • psychose paranoïde;
  • nausées et vomissements;
  • hausse de la température corporelle et sueurs froides;
  • hallucinations;
  • tremblements et secousses musculaires.
Bibliographie
  1. Institut national de santé – NIDA
  2. La toxicité de la cocaïne – Juin 2022 – John R. Richards, Jacqueline K. Le, Librairie nationale de médecine
  3. Institut national de santé – NIDA
  4. Cocaïne (Sommaire canadiens sur la drogue) CCDUS – Centre Canadien sur les dépendances et l’usage de substances
  5. Enquête canadienne sur l’alcool et les drogues (ECAD)2021