Parlez de l’alcool avec vos enfants

Parlez de l’alcool avec vos enfants

Parlez de l’alcool avec votre enfant – tôt et souvent.

Consommer de l’alcool fait partie intégrante de notre culture et il y a de fortes chances que votre adolescent ait déjà pris une bière ou quelque chose de plus fort.  Même si vous préféreriez que vos jeunes attendent d’être plus vieux pour commencer à boire, discutez de leur consommation d’alcool avec eux calmement et de façon respectueuse.

Beaucoup de jeunes ne comprennent pas vraiment les risques potentiels liés à l’alcool et à d’autres drogues. En tant que parent ou proche, être informé sur l’alcool et ses effets sur les jeunes peut grandement vous aider à amorcer tôt des conversations ouvertes et honnêtes avec vos pré-adolescents et adolescents.

Boire moins, c’est mieux. On sait maintenant que même en petite quantité, l’alcool n’est pas bon pour la santé. La science évolue, et les recommandations sur la consommation d’alcool doivent changer.
La recherche nous apprend qu’il n’y a pas de quantités ni de sortes d’alcool bonnes pour la santé.
Que ce soit du vin, de la bière, du cidre ou un shooter d’alcool fort, ça ne change rien.
Boire de l’alcool, même en petite quantité, entraîne des conséquences pour tout le monde,
peu importe l’âge, le sexe, le genre, l’origine ethnique, la tolérance à l’alcool ou encore les habitudes de vie.
C’est pourquoi si vous consommez de l’alcool, boire moins, c’est mieux !
Et si on buvait moins?
Voici une bonne façon d’y arriver
Quelle est votre cible de consommation par semaine?
1 ou 2 verres standards par semaine
Permet généralement d’éviter les conséquences
de l’alcool pour vous-même et pour les autres.
0 verre par semaine
Offre de nombreux bénéfices, par exemple une meilleure
santé et un meilleur sommeil.
3 à 6 verres standards par semaine
Augmente votre risque de développer plusieurs cancers,
comme le cancer du sein ou du côlon.
7 verres standards ou plus par semaine
Augmente en plus votre risque d’avoir une maladie
du cœur ou un AVC.
Au-delà de 7 verres standards par semaine
Augmente radicalement le risque que ces conséquences
surviennent.
341 ml (12 oz) de bière
à 5 % d’alcool
Bière
ou
43 ml (1,5 oz) de spiritueux
à 40 % d’alcool
Spiritueux
(whisky, vodka, gin, etc.)
ou
341 ml (12 oz) de boisson
à 5 % d’alcool
Cooler, cidre,
prêt-à-boire
142 ml (5 oz) de vin
à 12 % d’alcool
Vin
ou
Durant la grossesse, c’est zéro alcool
La consommation d’alcool entraîne différentes conséquences négatives.
Plus vous consommez d’alcool par semaine, plus les conséquences s’accumulent.
Boire moins présente des avantages pour vous-même et
pour les autres. Cela réduit le risque de blessures, de violence
et de plusieurs problèmes de santé, qui peuvent raccourcir la vie.
Puis, fixez-vous une cible de consommation par semaine.
Et, les jours où vous prenez de l’alcool, limitez votre consommation à 2 verres standards.
Bon à savoir
Vous pouvez réduire votre consommation d’alcool petit à petit.
Chaque verre en moins compte : toute réduction est bénéfique
Conseils pour boire moins
• Respectez les limites que vous vous xez.
• Buvez lentement.
• N’oubliez pas de boire beaucoup d’eau.
• Prenez un breuvage non alcoolisé pour
chaque verre d’alcool que vous buvez.
• Choisissez des boissons sans alcool ou avec
un faible pourcentage d’alcool.
• Mangez avant ou en même temps que vous
consommez de l’alcool.
• Organisez des semaines sans alcool ou des activités sans alcool.

Le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances vient de publier un nouveau guide intitulé «Repères canadiens sur l’alcool et la santé» qui remplace les anciennes directives de consommation d’alcool à faible risque. 

Ce guide révisé et mis à jour aide mieux comprendre que les risques pour la santé augmentent en fonction du nombre de verres consommés- plus la consommation d’alcool augmente, plus grands sont les risques d’effets nocifs sur la santé tels que divers types de cancer, des maladies cardio-vasculaires et du foie ainsi qu’une plus grande probabilité d’incidents violents. Au fur et à mesure que la consommation d’alcool augmente, il en va de même des risques pour la santé.

Les signes d’usage

En ce qui a trait aux jeunes, les risques d’effets négatifs pour leur santé sont d’autant plus importants.   Il serait sage de les inciter à retarder le début de leur consommation d’alcool aussi longtemps que possible.  La consommation d’alcool en bas âge peut certes présenter des risques pour la santé mais entraîner aussi des conséquences négatives, comme des comportements à risque, de la surconsommation et des beuveries.

Vous vous demandez comment amorcer le sujet de l’alcool avec votre jeune? Voici quelques suggestions.

  • As-tu déjà entendu parler du nouveau guide Repères sur l’alcool et la santé – qu’est-ce que tu en penses?
  • Maintenant que tu sais que boire plus de deux verres par semaine représente un risque modéré à important, qu’en penses-tu?
  • Est-ce qu’on t’a déjà offert une bière ou un cooler?  Comment as-tu réagi?
  • Est-ce prendre un verre te fait sentir plus relaxe ou plus drôle quand tu sors avec tes amis?
  • J’ai commencé à boire quand j’étais un ado – alors, je comprends que ça peut être quelque chose que tu voudrais faire.   Mais à ce moment-là, on n’était pas informé que l’alcool représentait des risques pour notre santé – maintenant que je le sais – je vais en tenir compte et prendre soin de ma santé.
  • As-tu déjà senti le besoin de continuer à boire?  Qu’est-ce qui se passait?  As-tu déjà observé ça chez quelqu’un?
  • Sais-tu ce qu’est une intoxication à l’alcool ou ce que ça peut avoir l’air?  Qu’est-ce que tu ferais si un de tes amis aurait tellement bu qu’il perdrait connaissance?
  • Connais-tu quelqu’un qui s’est fait faire mal ou dont on a profité alors qu’il/elle était ivre?
  • Je suis préoccupé des répercussions possibles sur ta santé si tu consommes de l’alcool, mais si tu décides de boire, voici mes attentes :
    • Tu dois toujours avoir un plan pour revenir à la maison en sécurité.
    • Ne conduis jamais après avoir consommé, n’embarque jamais dans une automobile avec quelqu’un que tu sais ou que tu soupçonnes qu’il a bu – essaie de rester avec un ami.
    • Si pour une raison quelconque tu te retrouves dans une situation où tu es inconfortable ou apeuré, texte-moi avec le code que nous avons préétabli et j’irai te chercher

Des conversations équilibrées sur l’alcool peuvent avoir un impact positif sur les choix que feront vos jeunes alors qu’ils se dirigent vers l’âge adulte et cela les aidera à prendre des décisions responsables en ce qui concerne leur consommation.

Vous recherchez plus d’informations sur l’alcool ainsi que des suggestions utiles sur la manière d’entamer ces conversations importantes avec votre enfant? Téléchargez la brochure Les jeunes et l’alcool ici.

Votre don nous aide à faire une différence dans la vie des familles canadiennes. Faites un don aujourd’hui-même.