L’importance de la communication

Relaxez – vous en êtes capable

En tant que parent, grand parent, frère, sœur, enseignant ou intervenant auprès d’un jeune, il est fort probable qu’à un moment donné dans une conversation, le sujet des substances fasse surface.  Certains d’entre nous avons une réponse toute prête et sommes à l’aise de continuer à en parler alors que d’autres personnes trouvent le sujet délicat, ne se sentent pas outillés avec les bonnes réponses, sont stressés et craignent de continuer. 

Relaxez

Dites-vous bien qu’un parent n’est pas supposé tout savoir sur les substances et comment la consommation peut affecter la vie de leurs jeunes.  Ne vous en faites pas.  Même si vous avez l’impression de ne pas détenir toutes les réponses, commencez à en parler avec ce que vous savez et pouvez à ce moment.

En vous informant sur les diverses substances, cela pourrait contribuer à être plus à l’aise de partager des informations factuelles sur les substances. Si vous trouvez que vous ne connaissez pas assez de choses sur une substance en particulier, profitez de l’occasion pour le dire et demandez à votre jeune d’effectuer des recherches avec vous sur le web.

Commencez à avoir des conversations sur la prudence et la sécurité alors que vos enfants sont en bas âge.  Ces conversations doivent être adaptées en fonction de l’âge de chacun de vos enfants, qu’il soient d’âge préscolaire ou que ce soit des pré-ados ou ados.  Pour chaque groupe d’âge, vous devez cibler l’information en tenant compte de leur âge, où ils en sont dans leur cheminement et leurs expériences.

Quand vous êtes prêt à parler, assurez-vous que ce soit une conversation relaxe à deux voix et non, un long monologue aux allures de discours. Partagez avec eux vos sentiments en ce qui a trait à la consommation de substances et écoutez ce qu’ils ont à dire. Demandez-leur, par exemple, ce qui se dit à l’école sur le cannabis et écoutez attentivement ce qu’ils vous diront.

Il se peut que vos jeunes aient une compréhension ou une perception différente de la vôtre et, fort probablement, qu’ils se sont déjà fait dire par leurs camarades des choses erronées ou qui ne correspondent pas à votre vision. Essayez de ne pas écarter ou d’ignorer leurs explications et écoutez-les calmement avec un esprit ouvert.

Établissez des limites claires.  Chaque famille a ses propres règles en ce qui a trait à la sécurité et la consommation de substances. Si la consommation au sein de votre famille n’est pas tolérée et que, malgré tout votre jeune consomme, il doit comprendre les limites établies au sein de la famille et les conséquences s’il dépasse les bornes.  Mais assurez-vous de toujours laisser savoir à vos jeunes que vous les aimez et que si jamais ils besoin de votre aide, vous serez toujours là pour eux.

Les jeunes enfants admirent leurs grands frères et sœurs– et si vous avez des ados plus âgés ou de jeunes adultes qui consomment des substances, il serait sage de les inclure aussi dans les conversations familiales que vous aurez.

Même en tant que parent seul ou divorcé, avoir et maintenir des discussions ouvertes et sans jugement sur les substances, contribuera à développer et solidifier la confiance ainsi que les liens avec vos enfants dès le départ.  Au fil du temps, ils devraient être plus à l’aise de parler avec vous en tout temps de leurs propres impressions et questionnements sur la consommation de substances.

Besoin d’aide pour trouver les bons mots? Préparez-vous. Nous avons quelques conseils pour les parents et les familles pour aider à affiner votre ton.

Pratiquez et pratiquez encore. Vous allez avoir ces conversations plusieurs fois – vous devrez peut-être faire quelques essais avant de commencer. Voici certaines suggestions de conversations.

Qu’est-ce qui arrive si votre jeune consomme déjà de l’alcool et/ou d’autres substances?

Intervenir alors que votre jeune expérimente ou consomme déjà des substances peut s’avérer quelque peu complexe à faire, mais en ayant des conversations ouvertes avec lui, vous pourrez ainsi avoir l’occasion de découvrir ce qui peut l’avoir motivé à essayer de consommer.  Cela vous permettra de réfléchir et évaluer quelles seront les prochaines étapes ou démarches.

From Our Blog