Intervention

Si votre jeune a déjà commencé à expérimenter avec de l’alcool ou des drogues, il est temps d’avoir une conversation.

Découvrir que son jeune expérimente avec les substances ou en consomme peut s’avérer une réalité difficile à envisager, et davantage à aborder.  Cependant, il est important d’aller au-delà de vos craintes initiales et d’amorcer de véritables conversations avec votre enfant.

Avant d’entreprendre cette première conversation au sujet de leur consommation, soyez vigilant quant au ton et aux mots que vous adopterez. Assurez-vous que votre jeune sache que vous ne le jugez pas, et que vous souhaitez l’écouter avec compassion et un esprit ouvert tout simplement parce que vous l’aimez.

Prendre le temps d’en savoir davantage sur sa consommation ainsi que les substance(s) consommée(s), et aborder calmement la situation avec votre ado peut le rassurer et l’inciter à parler ouvertement avec vous des difficultés et des inquiétudes qui l’habitent.   

Découvrez le « pourquoi »

Il existe une foule de raisons qui peuvent amener un jeune à consommer.  En essayant, de cerner les raisons qui ont motivé une telle décision peut s’avérer l’occasion pour mieux comprendre ce que votre adolescent vit et ce qu’il ressent.  

Certaines des raisons pour lesquelles les jeunes consomment :

  • Ils le font pour s’intégrer;
  • ils trouvent que ça les aide à socialiser avec leurs amis;
  • ils pensent que tout le monde « le fait »;  
  • ils sont envahis par des émotions inconfortables, du stress, et de l’angoisse;
  • ils s’ennuient;  
  • Ils ne savent pas comment dire « non merci ».

Si leur consommation est un mécanisme d’adaptation qui leur permet d’affronter des situations inconfortables, il est fort probable que les substances qu’ils expérimentent pourraient fonctionner pour eux. Boire de l’alcool pendant une soirée peut les aider à se sentir plus à l’aise, ou fumer du cannabis peut les aider à retrouver leur calme, ou même les aider à dormir dans des périodes angoissantes, à court terme du moins. S’ils ont fumé du pot ou bu de l’alcool à quelques reprises dans des soirées, il se peut qu’ils n’aient tout simplement pas été en mesure de dire « non merci ».

Ce pourrait être une bonne occasion de leur parler des effets potentiels des substances : les effets sur un cerveau encore en croissance, les risques plus élevés de comportements problématiques, les changements d’humeur ou les conséquences des beuveries sur l’organisme.  

Faites-leur savoir que, peu importe ce qui pourrait arriver, vous serez toujours là pour parler de leurs sentiments, du stress et de l’angoisse qu’ils peuvent ressentir.  Ensemble, prenez le temps de penser à des stratégies qui leur permettraient de refuser ou d’éviter de consommer dans un party, par exemple.   

Ensemble, cherchez des solutions de rechange saines qui tiennent compte des raisons pour lesquelles ils ont pu choisir de consommer d’abord; vous pourriez, de la sorte, aider votre ado à réduire sa consommation occasionnelle ou même choisir de s’abstenir complètement.

Quand la consommation devient-elle problématique?

Un jeune a une consommation problématique quand il commence à consommer régulièrement une drogue – soit tous les jours, presque chaque jour ou toutes les fins de semaine pendant plusieurs semaines, mois ou années. Cette fréquence de consommation peut se transformer en trouble lié à l’usage de substances ou en dépendance.  

Ce pourrait être une bonne occasion pour vous et votre ado de prendre connaissance des recommandations pour l’usage de l’alcool et du cannabis à moindres risques.

Assurez-vous toujours que votre ado ou votre jeune adulte ne s’expose pas à des risques ou se fasse du tort avec les substances consommées et demandez de l’aide quand vous en avez besoin.

ClicParents, le service de soutien parental, est disponible 24h/7j pour vous aider avec sa zone de clavardage ou sa ligne téléphonique.