Aider l’enfant d’un autre

Vous croyez qu’un adolescent que vous connaissez consomme?

Pourquoi m’en préoccuper?

Que devrais-je faire?

Devrais-je parler aux parents?

Voici quelques exemples :

Scénario 1 : Vous êtes un mentor ou un conseiller en orientation bénévole, et un élève vous confie qu’il « expérimente » le cannabis. Que faites-vous?

Réponse : Les adolescents ont besoin d’un lieu sûr pour se confier et pour trouver des réponses à propos des drogues ou de l’alcool qu’ils peuvent « expérimenter », ou qu’ils consomment. Règle générale, les jeunes vont camoufler leur consommation de drogue et parler des problèmes auxquels ils pensent remédier avec les drogues. Restez à l’affût de faits observables liés à leur consommation, et discutez-en avec l’élève. Finalement, faites part de vos observations aux parents.

Scénario 2 : Vous êtes entraîneur d’une équipe de hockey dont les membres sont des adolescents. L’un des membres de l’équipe vous rapporte qu’un des jeunes consomme beaucoup d’alcool ou qu’il fume de la marijuana, ou les deux. Mis à part quelques absences ou une attitude qui laisse à désirer récemment, vous n’avez observé aucun autre signe.

Réponse : Tous les adultes ont la responsabilité de parler s’ils croient qu’un enfant ou un adolescent est en danger. Vous pouvez toujours dire à vos jeunes qu’il y a trois secrets que vous ne pouvez pas garder : 
1. Si quelqu’un leur fait du mal, vous avez l’obligation par la loi de communiquer avec l’aide à l'enfance et à la famille
2. S’ils vont faire du mal à quelqu’un, vous avez l’obligation par la loi de communiquer avec la personne concernée et la police
3. S’ils se font eux-mêmes du mal, vous avez l’obligation par la loi de communiquer avec les parents, les tuteurs, ou l’aide à l'enfance et à la famille
Vous pouvez considérer que la consommation de drogues ou d’alcool entre dans cette troisième catégorie si elle présente un danger pour l’élève. Un conseiller en orientation, un enseignant ou un entraîneur doit faire preuve de jugement. S’il croit voir des signes ou symptômes de dépendance et que ces signes et symptômes semblent s’aggraver, il doit en parler.

Vous ne devez pas sous-estimer l’importance du modèle que vous représentez pour les jeunes, même si vous n’en êtes pas le parent. Vous pouvez avoir une grande influence positive sur eux.

Drugs in Pocket