Opioïdes/ Médicaments antidouleur | Drug Free Kids Canada
Research
About Us

Opioïdes/ Médicaments antidouleur

11/29/2012

Opioids opium

Les opioïdes modifient la perception de la douleur chez le patient.

Les médicaments antidouleur, ou opioïdes, sont des médicaments qui contiennent de l’opium ou qui sont des dérivés de l’opium aux effets semblables. Prescrits pour alléger la douleur, ils ne sont offerts que sur ordonnance (généralement non renouvelable). La plupart des médicaments opioïdes ou antidouleur sont sécuritaires et efficaces lorsqu’on les utilise de façon adéquate, sous la supervision d’un médecin.

Les dérivés de la morphine, ou « narcotiques », sont issus des opioïdes et servent à traiter la douleur, à éliminer la toux, à alléger les diarrhées et à anesthésier. Lorsqu’ils consomment ces narcotiques, les toxicomanes ressentent une diminution de nervosité, d’anxiété et d’agressivité qui leur procure un bien-être général.

Il est à noter que même si la puissance et le mode d’administration des médicaments antidouleur varient, ils peuvent tous créer une dépendance et entraîner de graves répercussions s’ils sont consommés de façon excessive.

Exemples de médicaments antidouleur

Screen Shot 2016-05-13 at 10.26.51 AM

La liste suivante comprend certains des médicaments antidouleur les plus connus sous le nom qui est habituellement inscrit sur l’ordonnance. Il est à noter que même si la puissance et le mode d’administration des médicaments antidouleur varient, ils peuvent tous créer une dépendance et entraîner de graves répercussions s’ils sont consommés de façon excessive.

  • Codéine : comme la morphine, on la retrouve dans l’opium – elle est toutefois moins puissante. Surtout utilisée comme médicament antidouleur.
  • Fentanyl (ou analogues de fentanyl) : médicament antidouleur opioïde synthétique semblable à la morphine administré sous forme de timbre ou oralement.
  • Morphine : puissant ingrédient actif de l’opium employé comme médicament antidouleur ou comme sédatif.
  • Opium : tiré du pavot à opium, autrefois utilisé médicalement pour alléger la douleur, mais souvent remplacé de nos jours par des dérivés d’alcaloïdes (comme la morphine ou la codéine) ou par des substituts synthétiques (opioïdes).
  • Hydrocodone : souvent combiné à des acétaminophènes pour alléger la douleur. Le Vicodin en est un exemple.
  • Oxycodone : médicament antidouleur narcotique (Percocet ou Percodan, par exemple).
Noms familiers employés dans la rue pour décrire les médicaments antidouleur

Oxies, OC, oxycotton, 80s, percs, vikes et vikings sont des termes couramment utilisés pour désigner les médicaments antidouleur.

oxycontin+pills+

Les adolescents se droguent-ils aux médicaments antidouleur?

Les médicaments antidouleur constituent également le type de médicaments d’ordonnance les plus consommés par les jeunes de 16 et de 17 ans pour se droguer. Ils sont suivis des stimulants, des tranquillisants et des sédatifs.

Selon l’enquête de 2015 sur l’utilisation de drogues et la santé en Ontario menée par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH – OSDUHS 2017) un élève sur dix qui fréquente les écoles secondaires (années 7 à 12) affirme avoir eu recours à un médicament antidouleur opiacé d’ordonnance dans les 12 mois.

En Ontario seulement, cela représente 95 000 étudiants.

Opioid_Overdose_And_Death_Are_A_Real_Threat_For_Teens_Experimenting_With_Drugs

Dans tout le Canada, on estime qu’environ 375 000 étudiants ont pris des médicaments d’ordonnance qui ne leur ont pas été prescrits.

(estimé JSD)

Comment les adolescents consomment-ils des médicaments antidouleur?

On peut consommer des médicaments antidouleur de plusieurs façons. La plupart des adolescents disent avaler des comprimés, mais ceux-ci peuvent également être écrasés puis inhalés par le nez, ce qui se traduit par des effets d’intoxication accrus.

Signes et symptômes de l’abus des opioïdes

Effets à court terme
Les médicaments antidouleur peuvent entraîner la somnolence, des troubles de la concentration, l’apathie, un manque d’énergie, la constriction pupillaire, des rougeurs au visage et au cou, la constipation, des nausées, des vomissements et, surtout, une dépression respiratoire.

Effets à long terme
Un adolescent qui se drogue aux médicaments antidouleur pour un certain temps peut devenir dépendant à cette drogue et ressentir des symptômes de sevrage lorsqu’il cesse sa consommation. À cette dépendance s’ajoute la tolérance, qui requiert une quantité toujours plus grande de drogue ou encore un mélange de drogues pour produire la sensation d’euphorie, ce qui peut se traduire par une surdose.

Qu’est-ce que le sevrage de médicaments antidouleur?
En raison de la dépendance physique résultant de l’utilisation chronique des médicaments antidouleur opioïdes, il faut surveiller les adolescents auxquels on prescrit des médicaments opioïdes non seulement lorsqu’ils les prennent normalement, mais également quand ils cessent de les prendre afin de réduire ou d’éviter les symptômes de sevrage comme l’agitation, la douleur musculaire ou osseuse, l’insomnie, la diarrhée, les vomissements, les frissons et les mouvements involontaires des jambes.

 

Interactions médicamenteuses possibles

Consultez le médecin de votre adolescent avant de leur donner des médicaments s’ils prennent déjà un médicament antidouleur d’ordonnance ou tout autre médicament, car il peut être dangereux de les combiner. Il ne faut pas mélanger les médicaments antidouleur avec de l’alcool, des antihistaminiques, des barbituriques ou des benzodiazépines. Puisque ces substances ralentissent la respiration, leurs effets combinés pourraient entraîner une dépression respiratoire potentiellement mortelle.

Qu’est-ce qu’une surdose de médicaments antidouleur?

Les signes physiques d’une surdose de médicaments antidouleur comprennent notamment les micropupilles, la peau moite et froide, la confusion, les convulsions, la somnolence profonde et la respiration lente ou difficile.

Si vous observez ces signes chez votre adolescent ou une autre personne, appelez immédiatement le 911.

Nous avons créé une liste de ressources pour vous aider, vous et votre famille, à trouver l’aide nécessaire pour vaincre la dépendance aux opioïdes.

Fentanyl

maxresdefault

Le Fentanyl est un antidouleur très puissant vendu sous ordonnance, qui est lié à de plus en plus de cas de mortalité au pays.

La plupart de ces surdoses sont causées par le fentanyl de qualité pharmaceutique vendu dans la rue et consommé tant par des utilisateurs de drogues récréatives que par ceux qui ont des dépendances plus graves, souvent sans savoir exactement ce qu’ils consomment.

D’un autre côté, le fentanyl illégal produit en laboratoires clandestins entraîne lui aussi de nombreux cas de décès par surdose.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le fentanyl illégal

Le fentanyl est 40 fois plus puissant que l’héroïne et 50 à 100 fois plus fort que la morphine

Le fentanyl est un analgésique opioïde synthétique semblable à la morphine, mais au potentiel beaucoup plus élevé. On l’utilise habituellement pour traiter la douleur chronique chez les patients et pour gérer la douleur après une chirurgie. On y a recours également pour les personnes qui souffrent de douleur chronique et qui ont développé une tolérance physique aux opiacés.

Lorsqu’il est prescrit, le fentanyl est disponible sous plusieurs marques, notamment Actiq, Duragesic, et Sublimaze.

Comme l’héroïne, la morphine et autres opioïdes, le fentanyl se fixe aux récepteurs d’opiacés, très concentrés dans les zones du cerveau qui contrôlent la douleur et les émotions. Lorsque des opiacés se fixent à ces récepteurs, ils ont la capacité de faire augmenter les taux de dopamine dans la zone du cerveau appelée « circuit de la récompense » ce qui entraîne un état d’euphorie et de relaxation.

 

Morts causées par le fentanyl

Le nombre de décès liés à l’utilisation du fentanyl a augmenté au Canada Entre 2009 et 2014, on a recensé au moins 655 morts au Canada, dont le décès est attribué au fentanyl. Cela représente un mort à tous les trois jours pour cette période.
Source : Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT)
Téléchargez le rapport complet du CCLT intitulé « Décès impliquant le fentanyl au Canada, de 2009 à 2014 ».

street fentanyl

Le fentanyl dans les rues

Dans la rue, il porte de nombreux noms argotiques, comme Apache, China Girl, China White, Dance Fever, Friend, Goodfella, Jackpot, Murder 8, TNT, ainsi que ‘Tango and Cash’.

Untitled

Lorsqu’un médecin prescrit du fentanyl, ce peut être sous forme d’injection, de pansement transdermique ou de pastille. Cependant, le type de fentanyl consommé par les dernières victimes de surdose avait été fabriqué dans des laboratoires clandestins et mélangé à de l’héroïne en poudre (ou remplacé par de l’héroïne).
Le fait de mélanger du fentanyl à de l’héroïne ou de la cocaïne achetée sur le trottoir augmente considérablement sa puissance et les risques associés à sa consommation.

Signes d’une surdose de fentanyl

Les effets comprennent, entre autres : euphorie, somnolence, dépression respiratoire et arrêt respiratoire, nausée, confusion, constipation, sédation, inconscience, coma, tolérance, dépendance et décès.
Les médicaments de la catégorie des antagonistes des récepteurs d’opiacés agissent en bloquant l’effet des opiacés. Le Naloxone est l’un d’entre eux.

Il faut traiter immédiatement les surdoses de fentanyl à l’aide d’un antagoniste des récepteurs d’opiacés.

Si vous observez ces signes chez votre adolescent ou une autre personne, appelez immédiatement le 911.

Nous avons créé une liste de ressources pour vous aider, vous et votre famille, à trouver l’aide nécessaire pour vaincre la dépendance au fentanyl.