Meth (méthamphétamine) | Drug Free Kids Canada
Research
About Us

Meth (méthamphétamine)

11/02/2012

meth

Meth (méthamphétamine)

La méthamphétamine est une drogue stimulante qui engendre une dépendance et produit de puissants effets sur certains systèmes du cerveau. D’un point de vue chimique, la méthamphétamine est étroitement apparentée aux amphétamines, mais ses effets sur le système nerveux central sont plus forts. Les deux drogues peuvent être utilisées à des fins médicales, particulièrement pour traiter l’obésité, mais leur utilisation à ces fins est restreinte.

Sur la rue, on utilise de nombreux noms pour désigner la méthamphétamine, comme speed, meth, chalk, bonbon et peanut. Le chlorhydrate de méthamphétamine, des cristaux clairs ressemblant à de la glace qui peuvent être fumés, est connu sous des noms comme ice, crystal et glass.

Risques pour la santé

Risques d’ordre neurologique. La méthamphétamine libère de fortes doses d‘un neurotransmetteur, la dopamine, qui stimule les cellules du cerveau et amplifie l’humeur et l’expression corporelle. Elle semble également produire des effets neurotoxiques : elle endommage les cellules du cerveau contenant de la dopamine et de la sérotonine, un autre neurotransmetteur. Au fil du temps, la méthamphétamine semble réduire le niveau de dopamine, ce qui peut causer des symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson, un grave trouble du mouvement.

Dépendance. On consomme la méthamphétamine par voie orale ou intranasale (en inhalant la poudre), par injection intraveineuse ou en la fumant. Dès qu’une personne fume ou s’injecte de la méthamphétamine, elle ressent une sensation intense appelée « rush » ou « flash » qui ne dure que quelques minutes et qu’on dit extrêmement agréable. La consommation orale ou intranasale produit une sensation d’euphorie, mais pas de « rush ». Les consommateurs peuvent devenir dépendants rapidement et en prendre de plus en plus fréquemment en doses de plus en plus grandes.

Effets à court terme. La méthamphétamine, même en petite dose, produits des effets sur le système nerveux central comme un état de veille, un niveau accru d’activité physique, une perte d’appétit, un rythme respiratoire accru, de l’hyperthermie, de l’euphorie, de l’irritabilité, de l’insomnie, de la confusion, des tremblements, des convulsions, de l’anxiété, de la paranoïa et de l’agressivité. L’hyperthermie et les convulsions peuvent entraîner la mort.

Effets à long terme. La méthamphétamine augmente le rythme cardiaque et la tension artérielle et peut causer des dommages irréversibles aux vaisseaux sanguins du cerveau, ce qui peut se traduire par un accident vasculaire cérébral. La méthamphétamine peut aussi entraîner des problèmes respiratoires et une anorexie extrême en plus de dérégler le rythme cardiaque. Sa consommation peut causer un collapsus cardio-vasculaire et la mort.

Le sevrage se caractérise par des symptômes comme l’excès de sommeil, des troubles de l’alimentation et des symptômes semblables à la dépression qui s’accompagnent souvent d’anxiété et d’un état de manque.

Quel danger pose-t-elle pour les adolescents?

S’il est vrai que la consommation de méthamphétamine diminue, la vaste couverture médiatique dont cette drogue fait l’objet soulève de nombreuses questions et fait en sorte que les parents ont peur que leurs enfants soient mis en contact avec cette dangereuse substance, voire qu’ils la consomment. La méthamphétamine est un stimulant consommé pour ressentir un effet d’euphorie, pour perdre du poids et pour intensifier sa libido. L’inconvénient de ces effets est la dépendance, qui est accompagnée d’une variété d’effets toxiques à court et à long terme. Un des effets secondaires les plus graves et désagréables, la « bouche meth », fait en sorte que les dents pourrissent de l’intérieur.

Les parents doivent parler de la méthamphétamine et de ses effets sur l’organisme à leurs enfants. Les parents doivent aussi reconnaître les signes de consommation de méthamphétamine chez leurs adolescents. Certains des signes et symptômes les plus courants sont une dilatation extrême des pupilles, l’assèchement ou le saignement du nez et des lèvres, des problèmes chroniques au nez ou aux sinus et la mauvaise haleine. Puisque la méthamphétamine est un stimulant, les consommateurs deviennent aussi hyperactifs et irritables. Ils ne sont plus intéressés à dormir ou à manger, ce qui se traduit par une perte de poids draconienne, voire l’anorexie. La méthamphétamine peut aussi rendre les consommateurs agressifs, nerveux et incohérents.

La méthamphétamine entraîne des effets à long terme comme l’irritabilité, l’anxiété, l’insomnie, des tremblements semblables à ceux du Parkinson, des convulsions et de la paranoïa ainsi que des effets à long terme comme l’augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle, des dommages aux vaisseaux sanguins du cerveau, un accident vasculaire cérébrale ou même la mort. Les symptômes psychotiques peuvent parfois durer des mois ou des années, même après avoir cessé de consommer la drogue.

On parle souvent de la méthamphétamine dans les médias en raison du caractère spectaculaire de ses effets et de ses conséquences. Des laboratoires illégaux de méthamphétamine explosent souvent, et les incendies mettent les collectivités en danger. Les laboratoires de méthamphétamine situés sur des terres publiques menacent les randonneurs et les touristes. Les services sociaux de bien des régions débordent d’enfants des consommateurs de méthamphétamine, souvent abandonnés et négligés. Puisqu’on peut aisément fabriquer de la méthamphétamine avec des ingrédients courants et de l’équipement ménager facile d’accès, sa distribution peut être vaste et peu coûteuse.

Si vous croyez qu’un adolescent que vous connaissez consomme de la méthamphétamine ou est mis en contact avec celle-ci, prenez votre courage à deux mains et parlez-lui. Abordez avec lui les risques et les effets de cette substance. Même lorsqu’on n’est pas dépendant à la méthamphétamine, l’expérimentation est déjà un trop grand risque. 

La méthamphétamine, communément appelée meth ou ice, est une drogue psychostimulante et sympathomimétique. Elle s’introduit dans le cerveau et libère successivement de la noradrénaline, de la dopamine et de la sérotonine. Puisqu’elle stimule la voie biochimique de récompense du cerveau, ce qui entraîne euphorie et agitation, il est très facile d’en consommer de façon excessive et d’y devenir dépendant. Le consommateur de méthamphétamine peut devenir obsédé ou exécuter à répétition certaines tâches comme le ménage, le lavage des mains ou le montage et le démontage d’objets.