Ecstasy | Drug Free Kids Canada
Research
About Us

Ecstasy

11/02/2012

A0R731 E Ecstasy pills or tablets close up studio shot methylenedioxymethamphetamine. Image shot 2004. Exact date unknown.

Ecstasy

La MDMA, ou methylenedioxymethamphetamine, qu’on appelle Ecstasy, Molly, , drogue de l’amour,  XTC  ou Adam sur la rue, est une drogue synthétique psychoactive (qui modifie les perceptions) aux propriétés hallucinogènes semblables à celles des amphétamines. Sa structure chimique est semblable à celle de deux autres drogues synthétiques, la MDA et la méthamphétamine, qui causent des dommages au cerveau.

Les croyances au sujet de la MDMA rappellent celles formulées au sujet du LSD dans les années 1950 et 1960, qui ont depuis été réfutées. Selon ses adeptes, la MDMA aide les gens à se faire confiance et peut éliminer les entraves aux relations entre thérapeutes et patients, entre des amants et entre des membres d’une même famille.

Risques pour la santé

Symptômes physiques et psychologiques. Bon nombre des problèmes auxquels font face les consommateurs de MDMA sont semblables à ceux qu’on observe chez les consommateurs d’amphétamines et de cocaïne :

•Problèmes psychologiques comme la confusion, la dépression, les troubles du sommeil, l’état de manque, l’anxiété grave et la paranoïa au cours de la consommation de MDMA et, parfois, des semaines durant (des épisodes de psychose ont été rapportés dans certains cas).

•Symptômes physiques comme la tension musculaire, les grincements de dents involontaires, la nausée, la vision trouble, les mouvements oculaires rapides, l’évanouissement, les frissons ou la transpiration.

•Augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle, un risque particulièrement dangereux pour les personnes atteintes de maladies du système circulatoire ou du cœur.

Effets à long terme. De récentes recherches ont conclu que la consommation de MDMA était liée à des dommages durables aux régions du cerveau responsables de la pensée et de la mémoire. On croit que cette drogue endommage les neurones qui, au moyen d’une substance chimique, la sérotonine, communiquent avec d’autres neurones.

La structure et les effets de la MDMA sont proches de ceux de la méthamphétamine, qui entraîne une dégénération des neurones qui contiennent de la dopamine, un neurotransmetteur. Il s’agit d’ailleurs de la cause sous-jacente des troubles locomoteurs associés à la maladie de Parkinson. Les premiers symptômes de cette maladie sont un manque de coordination et des tremblements, et elle peut entraîner une forme de paralysie.