Cocaïne | Drug Free Kids Canada
Research
About Us

Cocaïne

11/02/2012

cocaine

La cocaïne

La cocaïne est une drogue qui crée une puissante dépendance. Les personnes qui essaient la cocaïne décrivent leur expérience comme un puissant état d’euphorie qui leur donne un sentiment de supériorité. Cependant, il est impossible de prédire dans quelle mesure une personne qui commence à prendre de la cocaïne continuera à en consommer. Il est également impossible, pour une personne qui commence à prendre de la cocaïne, de maîtriser son niveau de consommation.

On peut principalement consommer de la cocaïne en l’inhalant, en se l’injectant et en la fumant (y compris la cocaïne épurée, ou crack), et les risques pour la santé demeurent les mêmes, peu importe la méthode. Cependant, il semblerait que la consommation compulsive de cocaïne s’acquiert encore plus rapidement en la fumant qu’en l’inhalant. En fumant la cocaïne, d’extrêmement fortes doses atteignent le cerveau très rapidement, ce qui produit immédiatement un état d’euphorie intense. L’injection de cocaïne est également propice à l’infection au VIH/sida ou à la transmission de celui-ci en cas de partage d’aiguilles ou d’autre matériel d’injection.

Risques pour la santé

Effets d’ordre physique. La cocaïne entraîne des effets d’ordre physique comme la constriction des vaisseaux sanguins périphériques, la dilatation des pupilles et l’augmentation de la température corporelle, du rythme cardiaque et de la tension artérielle. Certains consommateurs de cocaïne disent ressentir de l’agitation, de l’irritabilité et de l’anxiété tant au cours des périodes de consommation qu’entre celles-ci. Une tolérance considérable à l’état d’euphorie peut se développer, ce qui fait que bon nombre de toxicomanes affirment qu’ils tentent, sans succès, d’atteindre de nouveau le niveau de plaisir ressenti à la première consommation.

Paranoïa et agressivité. De fortes doses ou une consommation à long terme de cocaïne peuvent provoquer la paranoïa. Un consommateur qui fume du crack peut adopter des comportements paranoïaques particulièrement agressifs. Lorsqu’un toxicomane cesse sa consommation de cocaïne, il peut souffrir de dépression, ce qui l’incite à poursuivre sa consommation de drogue pour apaiser sa dépression.

Effets à long terme. À long terme, l’inhalation de cocaïne peut se traduire par l’ulcération de la muqueuse du nez et causer des dommages assez graves à la cloison nasale pour qu’elle se perfore. Les décès liés à la cocaïne sont souvent le résultat d’un arrêt cardiaque ou d’une crise d’épilepsie suivie d’un arrêt respiratoire.

Dangers supplémentaires. Lorsque les gens mélangent cocaïne et alcool, ils aggravent les risques que pose chacune des drogues et créent, à leur insu, une interaction chimique complexe à l’intérieur de leurs corps. Des chercheurs ont découvert qu’à partir de la cocaïne et de l’alcool, le foie humain fabrique une troisième substance, le cocaéthylène, qui intensifie l’effet d’euphorie que cause la cocaïne et accroît possiblement le risque de décès hâtif.