Dépresseurs du système nerveux central (SNC) | Drug Free Kids Canada
Research
About Us

Dépresseurs du système nerveux central (SNC)

11/29/2012

large-pills

image

Les sédatifs vendus sur ordonnance sont des dépresseurs du système nerveux central (SNC), ce qui signifie qu’ils ralentissent les fonctions biologiques.

Ces médicaments sont généralement utilisés pour soulager l’anxiété et réduire les troubles du sommeil. Sinon, on les utilise dans le cadre médical notamment pour la sédation, des procédures médicales, le sevrage alcoolique, les crises épileptiques et la relaxation des muscles squelettiques.

Souvent appelés sédatifs ou tranquillisants, les dépresseurs SNC sont des substances qui ralentissent les fonctions cérébrales normales. La plupart d’entre eux réduisent les fonctions cérébrales par l’intermédiaire d’un neurotransmetteur appelé acide gamma-aminobutyrique (GABA), un produit chimique qui permet aux cellules du cerveau de communiquer entre elles.

brain18996499_M_0 (1)

Les sédatifs et les dépresseurs SNC sont souvent prescrits sous forme de comprimés; cependant, certains sont offerts sous forme de suppositoires ou en solution pour l’injection.

Les dépresseurs SNC et des sédatifs sont prescrits par les médecins afin de traiter une variété de problèmes de santé comme l’anxiété, les crises de panique, la nervosité, les réactions aiguës au stress et les troubles du sommeil. En forte dose, les dépresseurs peuvent servir d’anesthésiant. Il faut donc les prendre strictement selon les instructions du médecin.

Exemples de sédatifs et dépresseurs SNC
Les sédatifs sont regroupés en trois catégories : les benzodiazépines, les somnifères non-benzodiazépines et les barbituriques.

Les barbituriques sont un type de dépresseur SNC souvent prescrit pour faciliter le sommeil.

Les benzodiazépines sont un type de dépresseur SNC souvent prescrit pour alléger l’anxiété.

Voici quelques dépresseurs SNC et sédatifs parmi les plus connus, avec leurs noms tels qu’ils sont inscrits sur les étiquettes d’ordonnance.

Screen Shot 2016-05-13 at 1.16.51 PM

  • Estazolam (ProSom)
  • Zolpidem (Ambien)
  • Zaleplon (Sonata)
  • Eszopiclone (Lunesta)
  • Phénobarbital
  • Méphobarbital (Mebaral)
  • Pentobarbital sodique (Nembutal)
  • Sécobarbital (Seconal)
  •  Chlordiazépoxide (Librium)
  • Clorazépate (Tranxene)
  • Méprobamate (Miltown)
  • Hydrate de chloral (Noctec)
  • Ethchlorvynol (Placidyl)
  • Méthaqualone (Quaalude)
  • Oxazépam (Serax)
Noms familiers employés dans la rue pour décrire les sédatifs
download
Benzos, xanies, xani-bars, xani-bombs, roofies et downers sont des termes couramment utilisés pour désigner les sédatifs et les dépresseurs SNC.

lortab-thumb-shadow

L’abus des sédatifs

Chaque dépresseur SNC fonctionne d’une façon qui lui est propre, mais ils produisent tous un effet somnolent ou calmant qui aide ceux qui souffrent d’anxiété ou de troubles du sommeil. Cependant, ils présentent un risque élevé de consommation excessive puisqu’ils produisent un état d’ébriété.

Certaines personnes abusent des médicaments pour leurs effets euphoriques. Pour ce faire, ils peuvent en changer l’aspect ou la voie d’absorption, ou les deux.

Les adolescents se droguent-ils aux sédatifs?

La popularité des dépresseurs SNC comme les sédatifs et les tranquillisants augmente chez les jeunes. En 2007, 6 % des finissants du secondaire américains ont affirmé s’être drogués aux dépresseurs comme le Valium et le Xanax, contre 4 % en 1995.

Signes et symptômes de l'abus des sédatifs

Les sédatifs et les dépresseurs du SNC peuvent être utilisés de façon abusive et ne doivent être utilisés qu’en suivant les recommandations d’un professionnel de la santé.

    • Effets secondaires d’ordre physique comme les pupilles dilatées, les troubles d’élocution, le relâchement des muscles, l’état d’ébriété, la perte de coordination motrice, la fatigue, la dépression respiratoire, les changements sensoriels et la baisse de tension artérielle. Les adolescents qui consomment des barbituriques peuvent subir des effets secondaires comme les troubles d’élocution, le vertige, la sédation, la somnolence et la fièvre.

 

  • Effets secondaires d’ordre psychologique comme le manque de concentration, la sensation de confusion, le jugement affaibli et la perte d’inhibition. Les adolescents qui consomment des barbituriques peuvent souffrir de dépression, de fatigue, de confusion et d’irritabilité.

Si vous êtes témoin d’un de ces symptômes ou effets secondaires, communiquez immédiatement avec un professionnel de la santé.

Sevrage des sédatifs

Les symptômes de sevrage comprennent notamment l’anxiété, l’insomnie, les tremblements musculaires et la perte d’appétit. Cesser la consommation de certains dépresseurs d’un seul coup peut entraîner des complications potentiellement mortelles, des convulsions, le délire et, dans certains cas, la mort.

Puisque l’effet de tous les dépresseurs est de ralentir l’activité cérébrale, celle d’une personne qui cesse d’en prendre peut connaître un regain et dérailler, ce qui peut mener à des crises d’épilepsie, entre autres conséquences graves.

 

Des interactions potentiellement dangereuses entre les drogues, l'alcool et les sédatifs

Woman taking painkillers and alcohol

Ceux qui se droguent aux sédatifs les jumellent souvent à une d’autres drogues comme l’alcool, les médicaments d’ordonnance ou en vente libre et les drogues de rue comme la marijuana.

Mélanger ces substances peut être très dangereux :

  • L’alcool : Prendre des sédatifs avec de l’alcool peut non seulement ralentir le rythme cardiaque et la respiration, mais également entraîner la mort. Mélangés à de l’alcool, les sédatifs et les dépresseurs SNC entraînent des effets et des risques largement accrus.
  • Les médicaments d’ordonnance : Certaines interactions médicamenteuses peuvent être risquées. Les sédatifs et les dépresseurs SNC ne devraient être combinés à d’autres médicaments que sous la supervision étroite d’un médecin.
  • Les médicaments en vente libre : Les sédatifs ne devraient pas être combinés à d’autres médicaments ou substances qui ralentissent le SNC, comme certains médicaments contre le rhume ou les allergies en vente libre. Ce mélange peut ralentir le rythme cardiaque et la respiration, ce qui constitue un risque important pour la santé.
Signes de surdose

Les symptômes comprennent notamment la dépression respiratoire légère, la peau moite et froide, les pupilles dilatées, un pouls faible et rapide, le coma ou la mort.

Si vous observez ces signes chez votre adolescent ou une autre personne, appelez immédiatement le 911.

Nous avons créé une liste de ressources pour vous aider, vous et votre famille, à trouver l’aide nécessaire pour vaincre la dépendance aux sédatifs et aux dépresseurs.